Passer la navigation
FERMER X

Questions fréquemment posées

Où se trouve l'Université de Bethléem ?

L'Université de Bethléem est située à Bethléem, en Palestine, près de la place de la Manger et de l'église de la Nativité. Bethléem est située en Cisjordanie occupée par Israël, à environ six miles au sud de Jérusalem. L'Université de Bethléem dessert la population palestinienne et la plupart des étudiants viennent de Bethléem, de Jérusalem-Est, de Beit Sahour, de Beit Jala, d'Hébron et des villages environnants.

La Cisjordanie est divisée en trois zones différentes : les zones A, B et C. Bethléem est située dans la zone A, qui est sous le contrôle de l'Autorité palestinienne. La zone A couvre environ 18 % de la Cisjordanie et est la plus densément peuplée.

La zone B est contrôlée administrativement par l’Autorité palestinienne et partage le contrôle de sécurité avec Israël. La zone B couvre environ 22% de la Cisjordanie.

La zone C est sous contrôle administratif israélien et couvre 60% de Cisjordanie. Entre 180 000 et 300 000 Palestiniens vivent dans la zone C, aux côtés de plus de 325 000 colons israéliens. Il est essentiellement interdit aux Palestiniens de s’étendre ou de construire dans la zone C (même sur leurs propres terres) et elle est utilisée par l’armée israélienne pour des exercices d’entraînement et l’expansion des colonies.

Informations obtenues Visualiser la Palestine 101

Zone A, B, C, carte fournie par SoWhat249 [CC BY-SA 4.0], via Wikimédia Commons

Qui fréquente l’Université de Bethléem ?

Étudiants

  • 3 226 étudiants inscrits
  • 77% femmes, 23% hommes
  • 81% Musulman, 19% Chrétien
  • 52% d'étudiants sont issus de la gouvernance de Bethléem, 37% de Jérusalem, 10% d'Hébron, 1% autres.
  • Le ratio enseignant/élève est de 1 pour 16

 

Professeurs et le personnel 

  • 50% femmes, 50% hommes
  • 68% viennent de Bethléem, 11% de Jérusalem, 6% d'Hébron, 5% de Ramallah/Al Bireh, 3% international, 7% autres

 

Collèges 

  • Faculté des Arts : 545 étudiants
  • Faculté d’administration des affaires : 646 étudiants
  • Faculté d'éducation : 460 étudiants
  • Faculté des sciences infirmières et des sciences de la santé : 956 étudiants
  • Faculté des Sciences Appliquées, Technologie et Ingénierie : 445 étudiants
  • Institut d'Hôtellerie et de Tourisme : 174 étudiants

 

Post-gradué/Premier cycle

  • 188 étudiants de troisième cycle
  • 3 038 étudiants de premier cycle

 

Alun

  • 21 614 diplômés au total
  • 15 175 femmes diplômées
  • 6 440 hommes diplômés

 

*Depuis octobre 2023, de nombreuses familles chrétiennes ont fui la violence croissante en Cisjordanie. Ainsi, la population chrétienne en Cisjordanie et à l’Université de Bethléem diminue.

Comment le métier affecte-t-il les étudiants ?

Points de contrôle

Dans toute la Cisjordanie, Israël utilise les points de contrôle comme moyen de terroriser les Palestiniens, de leur couper la liberté de mouvement et d’isoler les villages et les villes les uns des autres. Il existe plus de 700 points de contrôle permanents qui divisent le paysage palestinien. Celles-ci affectent principalement la circulation automobile, mais peuvent également limiter la circulation des piétons.

Les points de contrôle se présentent sous de nombreuses formes, telles que des barrières routières, des monticules de terre, des barrages routiers, des murs de terre, des tranchées et des points de contrôle partiels. À tout moment, un Palestinien peut rencontrer un « point de contrôle volant », où les Forces offensives israéliennes (FOI) s’arrêteront et contrôleront la circulation. Il n’y a pas de calendrier strict quant au moment où les points de contrôle seront occupés. Un simple trajet d’une demi-heure peut facilement se transformer en plusieurs heures. Les entrées des villes ou des villages pourraient être fermées à tout moment.

Près de la moitié de la population étudiante réside à Jérusalem ou à Hébron. Les étudiants et les professeurs passent de longues heures à parcourir de courtes distances pour se rendre aux cours. Passer les points de contrôle est une situation déstabilisante et stressante. Les étudiants peuvent être abordés, menacés, battus ou même tués.

Informations provenant de OCHA (Bureau des Nations Unies pour les affaires coordonnées)

 

Passeports et pièces d'identité

Les Palestiniens sont divisés en différentes catégories de détenteurs de cartes d’identité. Ceux qui sont nés en Israël peuvent voyager librement, mais sont confrontés à d'autres discriminations. Les étudiants, les professeurs et le personnel qui possèdent une carte d’identité bleue, ou carte d’identité de Jérusalem, doivent présenter une preuve de résidence à Jérusalem. Les cartes d’identité de Jérusalem sont extrêmement difficiles à obtenir et les couples mariés qui ont des cartes d’identité bleues et vertes doivent soit vivre séparément, soit vivre dans des zones comme Kufr Aqab, un quartier à l’extérieur de Ramallah qui fait techniquement partie de Jérusalem-Est, mais qui est séparé par le mur. Cependant, il s’agit d’une zone dangereuse et surpeuplée, dépourvue de services gouvernementaux tels que l’assainissement.

Les étudiants nés en Cisjordanie portent très probablement une carte d’identité verte, ce qui signifie qu’ils doivent obtenir une autorisation spéciale pour voyager en Israël. De nombreux étudiants vivant en Cisjordanie ne sont jamais allés à Jérusalem et n’ont jamais vu les lieux saints ni n’ont voyagé jusqu’à la mer, située à seulement 72 kilomètres de là. Si les étudiants doivent voyager à l'étranger, ils doivent passer par la Jordanie, un processus long et coûteux, car les détenteurs d'une carte d'identité verte ne sont pas autorisés à passer par le principal aéroport israélien de Tel Aviv.

Comment les règlements affectent-ils BU ?

En violation du droit international, Israël continue de construire des colonies en Cisjordanie. La violence des colons n’a cessé d’augmenter au cours des dernières années. Début 2023, trois attaques par jour ont été signalées en Cisjordanie ; depuis octobre 2023, on en compte désormais sept, selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OHCA). *Notez que ces chiffres ne reflètent pas les cas d'intrusion, de harcèlement ou d'intimidation. Les colons bloquent régulièrement l’accès aux routes, causant des dégâts aux cultures, au bétail et aux ressources en eau. Les colons utilisent également des armes à feu pour intimider et même tuer des Palestiniens, souvent en toute impunité et avec l’aide des soldats israéliens.

Informations provenant de Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OHCA)

Dix pour cent de la population de l’UB vient d’Hébron. Israël a établi plusieurs colonies dans le centre-ville d’Hébron et, par conséquent, les Palestiniens vivant dans la région ont dû faire face à des restrictions extrêmes imposées par l’armée. Les résidents palestiniens n'ont pas le droit de marcher dans plusieurs rues principales, tandis que les colons peuvent se déplacer où ils le souhaitent. Il existe également 21 points de contrôle dotés de personnel permanent. Les colons harcèlent et attaquent régulièrement les résidents palestiniens.

Informations provenant de B'tselem, le Centre d'information israélien sur les droits de l'homme dans les territoires occupés.

*Depuis octobre 2023, l'Université de Bethléem a mis les cours en ligne pour protéger les étudiants, le personnel et les professeurs de la violence croissante des colons.

Qu’est-ce que le mur de séparation ?

La construction du « mur de séparation » a commencé en 2002 comme moyen de séparer les Palestiniens et les Israéliens et de briser le paysage palestinien. La partie 85% du mur se situe en Cisjordanie (pas sur la Ligne verte ni en Israël proprement dit) et sépare les villes et les villages les uns des autres. Le mur a permis l’expansion des colonies et coupe 150 communautés palestiniennes vivant dans des enclaves entre Israël proprement dit et le mur de leurs terres agricoles et du reste de la Cisjordanie. Israël refuse d'accorder des permis permettant aux Palestiniens de cultiver et d'exploiter leurs terres.

Le mur est un mélange de murs en béton de 8 à 9 mètres de haut à proximité de populations urbaines plus importantes et de clôtures et de fossés en fil de fer barbelé. Jérusalem-Est est entièrement coupée de la Cisjordanie par le mur de séparation.

Le mur constitue une violation de plusieurs droits humains. Il limite considérablement la liberté de mouvement, « empiétant par conséquent sur leurs droits au travail, à l’éducation, aux soins médicaux, à la vie de famille, à gagner leur vie et à un niveau de vie adéquat ». De plus, la Cour internationale de Justice a estimé que le mur violait le droit international.

Informations provenant de B'tselem, l'Information israélienne sur les droits de l'homme dans les territoires occupés. Graphiques provenant de Al Jazeera.
Où sont les anciens de la BU ?

Les anciens de l'Université de Bethléem sont présents dans le monde entier. Beaucoup restent en Cisjordanie pour créer leur propre entreprise ou se lancer dans le domaine de la santé. Certains étudiants étudient à l'étranger et poursuivent leurs études. Plus de 400 anciens élèves vivent actuellement à Gaza.

Hanna, ancienne élève de la BU, a récemment obtenu un diplôme en physique et en informatique. Hanna enseigne actuellement la physique au lycée de l'American School de Beit Sahour. Hanna espère poursuivre ses études à l'étranger afin de pouvoir retourner en Palestine et continuer à enseigner. Très peu d'écoles secondaires de Cisjordanie proposent des cours de physique, et Hanna rêve de faire connaître ses sciences préférées à tous les étudiants.

Hanna '22, ancienne BU

Que puis-je faire?
  • Inscrivez-vous à notre newsletter et restez informé de l'actualité de l'université
  • Consultez notre Page pèlerin
  • Contactez la directrice du développement, Kathy Carver, à [email protected].